Faire de l'Histoire,

la plus belle des aventures...

700 ans

d'Histoire...

 
Le château

Le Château de Pesteil

Le Donjon

Le château de Pesteils, forteresse bâtie dés le XIIIe siècle, a été remaniée au début du XVII et XIXe siècle.

De l'ancienne forteresse médiévale subsiste le donjon, tour rectangulaire de quarante mètres de haut qui comporte cinq étages desservis par un escalier à vis logé dans l'épaisseur du mur.

Enrichissant la salle voutée du deuxième étage, des peintures murales du XVe siècle ; " les quatre héros de l'Antiquité" ornent le mur nord, sur le mur ouest " le maître et son élève"

Une restauration effectuée en 2006 a redonné à cet ensemble toute son harmonie.

Cette restauration a été récompensée en 2007 par "le Prix Sotheby's".

 Les salons et l'intérieur

Les assauts, les sièges, les luttes religieuses ont pris fin. La forteresse se transforme alors en résidence d’agrément.


Au XVIIe siècle, des plafonds peints font leur apparition dans les chambres, leur apportant couleurs riches et chatoyantes. Mais il faudra attendre la fin du XIXe pour que cette forteresse obtienne l’aspect que nous lui connaissons aujourd’hui. Désormais, de remarquables tapisseries, tableaux et meubles mettent en valeur cet ensemble.

Les jardins et la terrasse

De remarquables jardins, dessinés à la fin du XIXe siècle, s'étalent au pied du donjon. Ils offrent un panorama magnifique sur les monts du Cantal et la Vallée de la Cère.

Les parterres créés il y a plus d'un siècle viennent d'être redessinés en un jardin en topiaires plus actuel. En contrebas, les terrasses fortifiées offrent un espace beaucoup plus vaste. À l'extérieur de l'enceinte des fossés, vous découvrirez un parc paysager réalisé en 1902 par François-Marie TREYVE : parmi quelques curiosités botaniques, chacun aura la possibilité de se détendre et de rêver en toute liberté.

 

L'eternel retour


Exposition permanente


Ce film, culte pour toute une génération, a été tourné au château de Pesteils en 1943, apportant à Jean Cocteau gloire et notoriété.

Jean Marais et Madeleine Sologne y incarnent avec brio la légende de " Tristan et Yseult ".

Leur histoire illustre la force irrésistible de la passion amoureuse, symbolisée par le philtre d'amour qui lui fait braver l'ordre social.

Une série de lettres, photos, affiches font revivre l'œuvre et l'époque.